Appel

Appel des enseignants et chercheurs:

« Renouveler la recherche et l’enseignement en finance, économie et gestion pour mieux servir le bien commun »

(Genève-Fribourg-Zürich mars 2011)

(1) Les auteurs de cet appel constatent avec inquiétude que plus de trois ans après l’éclatement de la crise qui a fortement mis en lumière les écueils, limites et dangers ainsi que les responsabilités de la pensée dominante en matière économique, cette dernière continue à exercer un quasi-monopole sur le monde académique. Ce monopole tient au pouvoir institutionnel que ses inconditionnels exercent sur le monde universitaire et sur celui de la recherche. La domination, relayée par les prétendues meilleures universités, date d’il y a au moins un quart de siècle et est mondiale. Toutefois, la manière dont ce paradigme persiste malgré la crise actuelle met en évidence son ampleur et la dangerosité de son caractère dogmatique. Les enseignants et chercheurs, signataires de cet appel, constatent que cette situation limite la fécondité de la recherche et de l’enseignement en économie, finance et gestion, car elle les détourne des questions essentielles pour la société.

(2) Cet appel est à la fois public et international et s’inscrit dans un cadre plus large d’initiatives convergentes. En effet, dans les conditions actuelles, le monde académique ne semble plus en mesure de former des esprits ouverts, novateurs et responsables, susceptibles d’affronter les défis actuels et ceux à venir. Cette situation n’est limitée ni à la Suisse, ni à l’Europe. La recherche doit contribuer au bien-être commun et non pas produire des analyses complaisantes sur les supposés bienfaits de la financiarisation de l’ensemble du système économique obtenus grâce aux avantages présumés de l’innovation et de la spéculation financière.

(3) Les professeurs, enseignants et chercheurs sont dépositaires de la confiance de la société qui leur a donné pour tâche de la servir par la transmission et par la quête continue d’une meilleure appréhension de la réalité. C’est seulement dans ce contexte que la liberté académique a un sens, elle est responsabilité et non licence. Ainsi, aujourd’hui, l’une des grandes priorités de la recherche en finance, économie et gestion devrait être d’examiner ses propres fondements et pratiques à la lumière des phénomènes qui ont conduit à la crise financière. C’est seulement à cette condition qu’il sera possible d’élaborer des politiques et remèdes permettant de retrouver un fonctionnement équilibré de l’économie.

(4) Il est impératif de dépasser ainsi les discussions à huis clos entre spécialistes tous coulés dans le même moule. Par construction, de telles discussions sont incapables de remettre en question leurs propres présupposés. La situation actuelle requiert donc l’ouverture de ces disciplines à une investigation fondamentale qui est nécessaire pour apporter la distance nécessaire à leur régénérescence. Cet effort se heurte à une résistance interne forte et doit donc trouver des relais extérieurs. Pour affirmer un pluralisme d’approches, il convient donc de mettre en discussion les fondements (épistémologiques, éthiques et anthropologiques) des disciplines d’économie, de finance et de gestion.

(5) En tant que dépositaires de la confiance des citoyens et producteurs d’idées qui influencent les comportements et les politiques, nous attirons l’attention de l’opinion publique et du monde politique sur le fait que les conditions d’accomplissement responsable de notre mission sont compromises. Cet appel s’adresse d’une part aux étudiants, jeunes chercheurs, collègues et acteurs économiques, et d’autre part à ceux qui exercent des responsabilités publiques en matière d’éducation universitaire et de recherche, recteurs et présidents d’institutions d’enseignement sans oublier les responsables des structures de financement de la recherche. Il leur revient, en premier lieu, de veiller à ce que les conditions nécessaires au renouvellement fondamental de nos disciplines et au retour au pluralisme des approches soient rapidement remplies.

(6) Les professeurs de l’enseignement supérieur, signataires de cet appel suggèrent des pistes d’actions susceptibles de promouvoir le pluralisme, rempart contre les risques de l’aveuglement dogmatique et la dérive des politiques et des comportements qui en résultent. Ils proposent notamment :

  • Qu’un examen critique rétrospectif soit initié, de manière à remettre à l’esprit de chaque chercheur la question de la pertinence, pour la société, des travaux qu’il produit grâce aux financements publics. La liberté académique ne saurait justifier de faire l’impasse sur la responsabilité des enseignants et chercheurs en la matière.
  • Qu’au niveau institutionnel, le décloisonnement et l’interdisciplinarité soient réellement promus.

(7) Il s’agit aussi de créer les conditions nécessaires à ce que la pluralité soit présente et reconnue à tous les niveaux de la hiérarchie académique :

  • Par la prise en compte dans le recrutement de nouveaux professeurs de l’intérêt qu’ils portent à la résolution de problèmes d’ordre socio-économiques ainsi qu’en général à l’équité, la stabilité et la durabilité du système économico-financier.
  • Par l’élargissement des critères d’évaluation de la recherche de manière à intégrer la pertinence des thèmes choisis, le contenu et le caractère interdisciplinaire des articles ou livres publiés et non pas seulement le nombre de publications dans quelques revues monolithiques.

(8) La critique de la pensée dominante est une exigence scientifique. Il s’agit donc d’avancer sur ces pistes pour que le pluralisme devienne une réalité reconnue et appréciée et qu’il enrichisse le débat public et éclaire les choix politiques.

(9) Les auteurs de cet appel sont:

Titre/Prénom/Nom
Institution d’attache Pays
Prof. Hon. Claude Auroi IUHEID – Genève Suisse
Prof. Heinrich Bortis Université de Fribourg Suisse
Prof. Marc Chesney Université de Zurich Suisse
Prof. Paul Dembinski Université de Fribourg Suisse
Prof. Denis Dupré Université de Grenoble France
Prof. Rajna Gibson Université de Genève Suisse
Prof. Jean-Christophe Graz Université de Lausanne Suisse
Em. Prof. Chris Lefebvre Université catholique de Leuven Belgique
Prof. Rafeal Matos HES Sierre Suisse
Em. Prof. Claude Mouchot Université de Lyon 2 France
Prof. Alfred Pastor IESE – Barcelone Espagne
Prof. Étienne Perrot Institut catholique de Paris France
Prof. HES Marie-Françoise Perruchoud-Massy HES Sierre Suisse
Prof. Frédéric Poulon Université Montesquieu – Bordeaux IV France
Prof. Birger P. Priddat Université de Witten/Herdecke Allemagne
Gilles RaveaudMaître de conférences Université Paris 8 Saint-Denis France
Prof. Sergio Rossi Université de Fribourg Suisse
Prof. Jean-Michel Servet IUHEID – Genève Suisse
Prof. Milad Zarin Université de Neuchatel Suisse

Les collègues enseignants-professeurs ainsi que toute personne découvrant cet appel et souhaitant le signer, peut le faire sur ce blog en cliquant sur le lien suivant: www.responsiblefinance.ch/appel/signer-lappel/. Vous pouvez ci-dessous aussi nous faire part de vos éventuels commentaires.

L’adhésion et les commentaires peuvent aussi être envoyés à l’adresse dédiée manifeste@obsfin.ch.

40 Comments

  • 1
    Walo Hutmacher
    6. April 2011 - 11:19 | Permalink

    Bravo pour votre initiative, d’une grande urgence en effet. Je suis prêt à signer cet appel. Est-ce possible?
    Cordiales salutations
    Prof. Walo Hutmacher
    Sociologue
    74, rue de Montchoisy
    1207 Genève

    • 2
      András Kelemen
      13. January 2012 - 10:12 | Permalink

      Enfin! J’ai trouvé votre Appel dans mon „Horizons et débats” de 9 janvier 2012 et c’est pourquoi je ne pouvais adherer plus tôt que maintenant.
      Pour moi, cet appel est un signe de la révolte d’esprit humain contre la violation de pensée servant seulement une domination financière et conduisant à la crise dont nous vivons.
      Le campaigne de press international contre la Hongrie et contre notre efforts sur sortir du piège financier est aussi le fruit de la contrainte de pensée exclusive regnant non seulement sur le monde académique, mais même sur le terrain du pouvoir politique.

      András Kelemen
      expert dans le Parlement Hongrois

  • 3
    6. April 2011 - 13:06 | Permalink

    Je signe très volontiers cet appel auquel j’adhère.

  • 5
    Filippi
    6. April 2011 - 16:52 | Permalink

    Je trouve qu’avec votre appel vous faites oeuvre de civilisation

  • 6
    Maule
    6. April 2011 - 20:03 | Permalink

    Je soutiens complètement cette initiative. La pluralité est nécessaire, on ne peut pas laisser des esprits si brillants se rabougrir dans des modèles stériles simplement pour pouvoir faire carrière.

  • 7
    Uffer Filip
    6. April 2011 - 21:51 | Permalink

    Les bases même de la “science économique” sont obsoletes, elles sont basées sur un monde aux limites infinies. Un système réticulé ne se comporte pas de la même manière selon les conditions aux limites.

    Nous sommes entrés en résonance et le système va bientôt sauter, si on ne l’attache pas…

    Bravo pour l’initiative et améliorons le système!

    Cordiales salutations,

  • 8
    PEREZ Roland
    7. April 2011 - 08:44 | Permalink

    Très bonne inititiative.
    J’avais exprimé mon accord pour signer et diffuser l’appel
    Pr R. Pérez
    Coordinateur programme “Finance and Sustainability” (FAS)

  • 9
    Billaudot
    7. April 2011 - 10:01 | Permalink

    La cible me parait excellente. Je signe sns problème. Seule remarque concernant le titre “servir le Bien commun”. Je ne pense pas qu’il y ait de Bien commun au sens où Aristote en parle, parce que cela signifierait que l’on aurait une antériorité du bien sur le juste commandée par une “nature humaine” (position dite essentialiste). Pour le dire autrement, il n’y a pas une seule façon de concevoir le bien commun, la démocratie étant l’acceptation de cete pluralité et la reconnaisance de la construction du vivre ensemble sur des compromis (personne ne peut dire à l’autre que sa conception du bien commun est fausse, pourvu qu’elle repecte ce principe démocratique qui est en amont de la définition politique traditionnelle de celle-ci). Dans le texte, il est question de pluralisme. Oui et je signe. Quelle formulation retenir pour le titre qui soit en accord avec ce pluralisme ? je propose “pour mieux servir le débat citoyen pluraliste concernant le bien commun”. Mais c’est un peu long !

    • 10
      10. April 2011 - 18:22 | Permalink

      Le “bien commun” peut ici être défini de façon ouverte: une économie au service du développement des libertés réelles. Il s’agit d’un bien commun, car il y a une interdépendance entre les libertés des uns et des autres en logique démocratique comme en logique de marché.

  • 11
    Gilbert Ganivet
    7. April 2011 - 10:03 | Permalink

    Votre initiative et votre engagement m’enthousiasme. Votre appel au décloisonnement de la science économique et à l’interdisciplinarité est fondamental. Le développement d’une éthique “appliquée” au monde de l’économie et de la finance l’est tout autant. Vous avez mon soutien, comme tant d’autres, de citoyen et de contribuable.

  • 12
    Michel DEBEAUVAIS
    7. April 2011 - 10:54 | Permalink

    7 avril 2011.permalink
    J’adhère pleinement à cette utile initiative.et suis heureux d’y voir le nom de Paris 8, dont nous avons voulu affirmer à sa création en 1968 à Vincennes la responsabilité des Universitaires à contribuer à l’étude du monde contemporain dans l’esprit de critique argumentée, qui est la dimension éthique de la recherche universitaire. Michel Debeauvais, prof.émérite, Univ. de Paris 8

  • 13
    7. April 2011 - 14:10 | Permalink

    Je souscris avec enthousiame à l’appel : la crise n’est pas financière, seulement, ni même économique, mais culturelle et ielle nterpelle l’identité occidentale dans ses fondements. Elle ne fait que commencer. Les remèdes jusqu’ici apportés ne sont que de nature financière et ne font que renforcer la tension de rupture. Les mêmes erreurs recommencent, et de plus bel. Je me réjouis de l’ouverture à une discussion de remise en question globale et de réflexion sur des pistes de sortie. Notamment en revenant à l’importance d’une opinion critique personnelle qui fasse sauter les attitudes absolutistes et dogmatiques d’une finance qui n’a plus pour but qu’elle-même et que l’horizon du très court terme et du paraître.

  • 14
    Stefano Lucarelli
    10. April 2011 - 18:13 | Permalink

    Je souscris avec enthousiame à l’appel
    Stefano Lucarelli, Ricercatore in Economia Politica, Dipartimento “Hyman P. Minsky”, Università di Bergamo, Italia

  • 15
    Sergio Cesaratto
    10. April 2011 - 18:39 | Permalink

    I sign the petition
    Sergio Cesaratto

    Full professor of Economics
    University of Siena – Italy

  • 16
    10. April 2011 - 18:54 | Permalink

    Vous avez tous mon appui ainsi que celui de mon institut de recherche. bonne chance et courage.

  • 17
    Faruk ULGEN
    10. April 2011 - 19:04 | Permalink

    Je soutiens cette initiative qui, en s’ajoutant à tant d’autres qui circulent sur différents sites et véhiculent des appels dans le même esprit, cherche à mettre en avant l’urgence de revoir nos catégories de (bien) pensée dans un objectif à la fois d’ouverture intellectuelle (et nécessairement politique) et de réformer les critères de reproduction des milieux scientifiques et d’enseignement. Le passé est un fait mais le futur reste à reconstruire. Si l’on ne veut pas que l’histoire ne soit qu’une répétition des erreurs et obsessions idéologiques des dogmes d’échec sociétal, il faudrait faire “autrement”. Et cet “autrement” demande de l’énergie, de l’acharnement et de l’espoir.
    Faruk ULGEN
    Enseignant-chercheur, Université de Grenoble 2

  • 18
    10. April 2011 - 21:12 | Permalink

    There is indeed insufficient attention in graduate education given to the pluralism of ideas in the field of international money and finance. There is excessive emphasis on technique, especially mathematical technique, trivial econometric issues and petty-problem solving. The outcome is a poorly prepared ‘specialist’ who has had virtually no exposure to broader historical and institutional issues and complex policy problems affecting particular nations and the global economy as a whole, no appreciation of the ‘big’ questions that one should ask about the arrangement of the international financial order, and poor understanding of the historical and doctrinal context of the ongoing contest of ideas in the field.
    Anthony M Endres, University of Auckland, New Zealand

  • 19
    Meizoz Jérôme
    10. April 2011 - 21:36 | Permalink

    Excellente initiative, pour remettre l’économie au service de l’homme et non le contraire, je signe !

  • 20
    10. April 2011 - 22:08 | Permalink

    Please add my signature to this list (the link http://www.responsiblefinance.ch/appel/inscriver-appel/ did not work).

    Professor Steve Keen
    University of Western Sydney, Australia
    Author of Debunking Economics

  • 21
    Jean-Guy Loranger
    10. April 2011 - 22:46 | Permalink

    Bravo pour cette initiative.

    Je suis toujours sidéré par l’orthodoxie qui continue d’enseigner l’équilibre walrasien qui fait disparaître la monnaie car si l’offre et la demande monétaire sont en équilibre il n’y a aucune monnaie de réserve car il ne peut y avoir d’excédent. C.est ainsi que nous nageons en pleine crise monétaire à l’échelle internationale et l’orthodoxie n,a rien à expliquer au nom des marchés efficaces sauf de déclarer que la monnaie est neutre et n’a aucune influence sur le réel.

  • 22
    Domenico Costantini
    11. April 2011 - 08:41 | Permalink

    professore a riposo dell’Università di Bologna

  • 23
    11. April 2011 - 08:59 | Permalink

    I agree.

  • 24
    Daniel Chable
    11. April 2011 - 15:34 | Permalink

    Entirely agree, also based on my long years of active work as actuary.

  • 25
    Daniel Chable
    11. April 2011 - 15:35 | Permalink

    Entirely agree, also based on my many years of active work as actuary.

  • 26
    Fabio Losa
    12. April 2011 - 06:03 | Permalink

    firmo questa iniziativa fondamentale.

  • 27
    Labarthe Patrick
    15. April 2011 - 08:16 | Permalink

    Félicitations pour cette initiative courageuse et ferme.
    Prof. Dr. Patrick Labarthe (Littérature française)
    Université de Zurich

  • 28
    delaplace Marie
    16. April 2011 - 07:04 | Permalink

    Merci pour cette nouvelle initiative que je signe bien volontiers… A quand une coordination entre toutes les initiatives de ce type?

  • 29
    18. April 2011 - 09:55 | Permalink

    Ravi de votre démarche qui ressemble à une demande que les étudiants de Dauphine (Paris) avaient formulée à la fin des années 70 : la description du système présentait déjà des lacunes ! Il devient enfin possible d’être écouté … ce qui veut dire que nous avons un vaste chantier devant nous pour débattre enfin sérieusement de la civilisation du 21ème siècle en Europe.

  • 30
    19. April 2011 - 17:41 | Permalink

    Permettez-moi à mon tour d’appuyer pleinement cet appel, qui émane de spécialistes renommés et de collègues qui ont à coeur de poursuivre, sur la durée, une réflexion de fond indispensable.
    (Prof. Dr. F. Grin, Université de Genève)

  • 31
    Berry Elisabeth
    19. April 2011 - 20:30 | Permalink

    Merci! Je soutiens vivement cette initiative en espérant une véritable coordination entre toute initiative de ce type. Après de saines réflexions, apprenons des erreurs du passé et construisons une économie aux services des hommes.

  • 32
    20. April 2011 - 07:59 | Permalink

    Bravo pour votre initiative, je la signe volontairement. Votre action se situe dans le même cadre que notre “Appel de Saint-Aubin” de décembre 2010, disponible sur le site http://www.dragan-bunic.com que je vous propose de signer.

    Bien cordialement,

    Dragan Bunic
    Saint-Aubin
    Suisse

  • 33
    Pouzet
    21. April 2011 - 07:42 | Permalink

    Merci pour l’info et bravo pour cette initiative. Je suis signataire.

  • 34
    DOUMBIA KALIFA
    28. April 2011 - 12:03 | Permalink

    Très belle initiative de votre part. Je suis signataire et je recommande ce genre d’initiative car la recherche à besoin de belles initiatives.

  • 35
    Isabelle Laumonier
    11. May 2011 - 15:48 | Permalink

    Je soutiens également cette initiative.
    I. Laumonier
    Responsable recherche (Epargne Sans Frontière)

  • 36
    14. May 2011 - 00:17 | Permalink

    Un nouveau lien : http://0z.fr/JxLnY
    Bien cordialement.
    J.-Ph. Denis

  • 37
    25. July 2011 - 09:09 | Permalink

    Chers Amis,
    Merci pour votre initiative qui, conjuguées aux nombreuses tentatives de refondation d’une discipline en déshérence (http://atterres.org/, http://www.assoeconomiepolitique.org/, http://www.ismea.org/, http://www.pekea-fr.org/, http://www.veblen-institute.org/, etc.), devrait nous permettre de déboucher sur des forces de propositions cohérentes.
    Pourquoi ne pas organiser un grand séminaire de plusieurs jours, regroupant ces projets ?
    Bien à vous

    Jean-Louis Perrault

  • 38
    Hugues Poltier
    15. April 2012 - 23:17 | Permalink

    Bonjour,

    Je ne peux que souscrire à une telle initiative et réponds en vous prenant au mot quant à la nécessité de convoquer différentes disciplines dans une telle entreprise.
    Philosophe, la question de l’économie, plus exactement de son sens et de sa finalité, et plus exactement encore de la situation faite au sens et à la finalité de l’activité économique dans le capitalisme contemporain est un enjeu à mes yeux central dans notre contemporanéité. C’est une question sur laquelle je pense urgent de revenir dans une radicalité proprement philosophique.
    En d’autres termes, je souhaite être associé à vos travaux et réflexions. Et vous suis déjà reconnaissant de prendre contact avec moi à cette fin.

    Avec mes meilleures salutations.
    hpoltier

  • 39
    21. May 2012 - 17:34 | Permalink

    Posted on incredible, that was a very good read. In conusclion, someone who actually thinks and understands what they are blogging about. Quite difficult to find of late, especially on the web . I bookmarked your web blog and will make sure to keep coming back here if this is how you always write. thank you, keep it up! .

  • 40
    29. July 2013 - 16:22 | Permalink

    Bonjour,
    Je constate que ceta appel date de mars 2011 et qu’en juillet 2013 la situation est toujours extrêmement grave. Les lobbies financiers sont très puissants et rien ne les arrête. Ces financiers n’ont aucuns scrupules … seul leur enrichissement immédiat compte. Il est urgent de stopper cela. Je réalise un combat dans le canton de Vaud (Suisse), mais ces financiers sont intouchables … Voir mon combat sur mon blog: http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/
    Merci. Et si un sponsor veut m’aider j’accepte avec grand plaisir son aide.

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *